TEXTES ET PUBLICATIONS

A travers cette page, vous trouverez des articles publics et papiers faisant suite aux observations faites dans le cadre de nos activités.

Bonne lecture !!!

Documents

100e plongée Port Vivant, par Gérard Breton
Sargassum muticum barre 211109
Résumé : compte rendu de la 100 e plongée de Port Vivant dans le bassin de la Barre, 21 et 22 novembre 2009, coïncidant avec Fête de la Science 2009.
100 ème plongée Port Vivant100 ème plongée Port Vivant (3.76 Mo)

Les secrets intimes de la belle Aurelia, par Gérard Breton
Lbaurelia0002
Résumé : La belle Aurelia, Aurelia aurita de son état-civil complet, est une méduse qui nage en se contractant rythmiquement. Nous allons essayer de découvrir les secrets de sa reproduction et de sa multiplication asexuée en alternant les observations en plongée sous-marine dans les eaux du port du Havre, et les observations sous la loupe binoculaire ou sous le microscope, au laboratoire.
Aurelia secrets intimesAurelia secrets intimes (2.15 Mo)

Balanes
Balanus crenatus darse oceansw 200413
Résumé : Un court texte, illustré de macrophotos sous-marines et de vues au microscope apporte quelques éléments sur des crustacés pas comme les autres, fixés, très communs, familiers aux plongeurs, mais méconnus du grand public. Les balanes, leurs cirres, leurs mues, leurs larves.
Balaners texteBalaners texte (322.63 Ko)

Botrylloides, par Gérard Breton
Botrylloides violaceus barre 021212
Résumé : La présence dans le port du Havre de plusieurs espèces, indigènes ou introduites, des ascidies coloniales Botrylloides spp. pose le problème de leur identification ; Une clé de détermination est proposée, et les différentes espèces sont passées en revue, à la lumière des avancées systématiques les plus récentes.
Wanted botrylloides 300515Botrylloides 300515 (730.81 Ko)

Douce magie des milieux marginaux, par Gérard Breton
Dicentrarchus labrax hp 04 12                L halite et artemia pars salines vila do maio 310310
Résumé : Définition du milieu paralique. Les peuplements épibenthiques de milieux paraliques variés, ports, étangs littoraux, lagunes, bassins.

Milieux marginauxDouces magies des milieux marginaux (2.59 Mo)

Evolution chez les mollusques, par Gérard Breton et Robert Oms
19chromodoris
Résumé : Présentation des grands groupes de mollusques et leurs stratégies alimentaires et de protection.
Evolution mollusquesEvolution chez les mollusques (1.87 Mo)

Exotisme dans trois ports normands, par Gérard Breton, Document (conférence, janvier 2016)
L mnemiopsis leidyi vauban e aquarium 250905
Résumé : L’exploration des bassins des ports du Havre, d’Antifer et de Rouen (Normandie, France) en plongée subaquatique en scaphandre autonome, en particulier dans le cadre du programme de recherches « V.I.P. – Vie Introduite dans les Ports » du GIP Seine Aval (2010-2012) a conduit à un inventaire de 364 espèces animales, dont 36 introduites pour le port du Havre, exploré depuis 1978, 268 espèces dont 13 introduites pour le port d’Antifer (beaucoup moins exploré) et 98 espèces végétales et animales dont 12 introduites, pour le port de Rouen.

Les introductions anciennes, certaines pouvant être considérées comme acclimatées, sont distinguées des introductions récentes. Exemples d’introductions anciennes : Ficopomatus enigmaticus (acclimaté), Crepidula fornicata (acclimaté, non invasif au Havre ou à Antifer, Eriocheir sinensis (non observé depuis plusieurs décennies au Havre, mais retrouvé récemment dans le port de Rouen). Exemples d’introductions récentes : Mnemiopsis leidyi, Caprella mutica (invasif), Hemigrapsus takanoi (en cours d’acclimatation), Corella eumyota (non invasive), Didemnum vexillum (démographie fluctuante après une phase initiale très invasive, quasi explosive). Pour le port de Rouen en eau douce, le cas de l’algue rouge Compsopogon aeruginosus est discuté. Le caractère invasif ou non de chaque espèce et la dynamique de l’invasion sont discutés.

Contrairement aux ports d’Antifer et de Rouen dont les peuplements biologiques sont respectivement identiques à ceux du littoral ou du réseau hydrographique voisins, le port du Havre joue un rôle de site pionnier pour l’accueil d’espèces immigrantes, rôle favorisé par le caractère paralique de ce plan d’eau.
L exotisme dans trois ports normandsExotisme dans trois ports normands (5.31 Mo)

Plongée en eau douce à Hommes (37), par Gérard Breton
Ameiurus melas hommes 210815 003               Craspedacusta sowerbyi hommes 190815
Résumé : Compte-rendu d’une plongée dans une ancienne carrière de falun inondée, observation de méduses d’eau douce, de procaryotes, de poissons.

Plongée en eau douce à HommesPlongée en eau douce à Hommes (1.2 Mo)

Préparation d'une radula de Buccin, par Gérard Breton, Fiche technique (février 2014)
514 buccinum undatum barre151213 radula 4x ffn aquatex               Buccinum undatum commerce 071104 ba61714
Résumé : la fiche détaille les étapes de la dissection d’un buccin et de la préparation microscopique de sa radula.
Fiche technique preparation radula buccinPreparation d'une radula de Buccin (830.26 Ko)

Préparation d'une radula de Patelle, par Gérard Breton, Fiche technique (février 2014)
L 1531 patella vulgata stjouin 020114 recgb radula profil 10x fc eau zs
Résumé : la fiche détaille les étapes de la dissection d’une patelle et de la préparation microscopique de sa radula.
Fiche technique preparation radula patelle et generalitesPreparation d'une radula de Patelle (971.53 Ko)

Résultats scientifiques 2014, par Gérard Breton
L 1134 meduse obelia dichotoma pertuis commerce 240814 4x fn
Résumé : présentation des résultats scientifiques obtenus en 2014 par l’association Port Vivant : espèces remarquables, le mystère des Diplosoma-ballons, le plancton.
Résultats scientifiques 2014Résultats scientifiques 2014 (3.1 Mo)

Résultats scientifiques 2015, par Gérard Breton
L 138 140 anurida maritima caulacanthus 141215 10x fc
Résumé : présentation des résultats scientifiques obtenus en 2015 par l’association Port Vivant : espèces remarquables, l’expansion de Celtodoryx dans le port du Havre, le mystère des Diplosoma-ballons, le plancton.
L resultats scientifiques 2015Resultats scientifiques 2015 (1.4 Mo)

Comment reconnaître les bivalves par leur siphons
L mya arenaria moselle w 040508 hm0706
Préface : Notre ami Yves Müller a plusieurs qualités qui le prédisposaient à écrire cet article sur les siphons des mollusques bivalves : il est plongeur, zoologiste, excellent observateur, photographe sous-marin et possède une documentation exceptionnelle.
Les mollusques bivalves ont adopté différentes stratégies de protection : la défense passive d’une coquille épaisse (les huitres et spondyles), une coquille moins épaisse, mais des populations denses qui limitent la nuisance d’une prédation sur un individu à l’échelle de la population, la fuite (les coquilles Saint-Jacques) mais la principale stratégie reste l’enfouissement dans des sédiments meubles ou la perforation d’une loge dans des substrats plus cohérents. Ainsi, les prédateurs ont beaucoup plus de mal à atteindre l’animal. Le corollaire de cette situation est que le mollusque, pour se nourrir et respirer, doit absorber de l’eau qui contient l’oxygène (le sédiment, bien souvent n’en contient pas) et en même temps les matières en suspension (ou déposées) dont il se nourrit : c’est le rôle qui est dévolu aux siphons, et c’est bien souvent la seule chose que le plongeur peut voir de son mollusque…quand il a le temps de le voir, car les siphons se rétractent sous la surface du sédiment à la moindre alerte.
Est-ce la frustration de ne voir que les siphons, et, à chaque fois, de se poser la question « à qui appartiennent-ils donc ? » qui a conduit Yves Müller à rédiger ce travail ? Je crois surtout que c’est son esprit naturaliste doublé de son insatiable curiosité qui ont fait que ce travail a vu le jour.
Gérard Breton, le 9 mai 2016
Comment reconnaitre les mollusques bivalves par leurs siphons 1Comment reconnaitre les mollusques bivalves par leurs siphons 1 (5.69 Mo)

Tricheurs, m'as-tu-vu et camouflés, par Gérard Breton
Tricheurs etc 0100
Résumé : Document illustré explorant quelques exemples de mimétismes en milieu marin littoral, mimétisme batésien, mimétisme mullérien, couleurs d’avertissement, camouflages.
Breton tricheurs tableauTricheurs m'as-tu vu et camouflés (4.75 Mo)

Publications

Angiospermes du bassin Saint Gervais, port de Rouen
Provost M. & Breton G. 2016 – Les angiospermes du bassin Saint-Gervais, port de Rouen (Seine-Maritime). Bulletin de la Société d’Etudes des Sciences naturelles d’Elbeuf, 2015-2016 : 98-104.
L lythrum salicaria stgervais cailly zbm 080913 2117
Résumé : Les hydrophytes du bassin Saint-Gervais, port de Rouen (Seine-Maritime), sont les mêmes que celles que l’on trouverait dans un plan d’eau lentique du réseau hydrographique proche. L’existence d’une zone de balancement des marées, avec substrat solide en eau douce fait apparaître  à côté des plantes amphibies  quelques hélophytes qui peuvent être ici totalement submergées – inflorescences comprises – à marée haute.
Provost breton hydrophytes saint gervais 2016Angiospermes du bassin Saint-Gervais, Port de Rouen, 2016 (1.42 Mo)

Animaux Port du Havre, Breton, Girard & Lagardère, 1996
G. BRETON, A. GIRARD & J.-P. LAGARDERE (F. MONNIOT, C. MONNIOT, P. NOEL & T. VINCENT coll.) 1996 - Espèces animales benthiques des bassins du port du Havre (Normandie, France) rares, peu connues ou nouvelles pour la région. Bull. trim. Soc. Géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 82, 3, p. 7-28, fig. 1-23, tabl. 1.
Ba 194 16 hemimysis spinif aqueduc q de saone arch
Résumé : Inventaire en plongée subaquatique en scaphandre autonome de quelques espèces benthiques animales présentes dans le port du Havre. L’accent est mis sur des espèces rares, peu connues et nouvelles pour la région.
Breton girard lagardere 1996 2Animaux Port du Havre, Breton, Girard & Lagardere 1996 (12.55 Mo)

Asterias et Pentasteriacites
G. BRETON 2009 – Observations sur le comportement de l’étoile de mer Asterias rubens Linnaeus, 1758 sur le fond sédimentaire du port d’Antifer (Manche orientale) et actuopaléontologie de la trace fossile Pentasteriacites aubervillense Rioult & Bulow, 1988. L’écho des falaises, Villers-sur-mer, Calvados, France, 13 : 43 – 47.
L pentasteriacites type
Résumé : L’étoile de mer Asterias rubens Linnaeus, 1758 peut occasionnellement être semi-enfouie dans le sédiment à la recherche de proies parmi les Bivalves de l’endofaune. En quittant cette position semi-enfouie, elle laisse à la surface une trace étoilée qui est l’équivalent actuel de l’ichnogenre jurassique Pentasteriacites Rioult & Bulow, 1988. L’observation d’agrégats d’étoiles de mer regroupant 5 à 10 individus étroitement imbriqués et formant une boule, n’a pas reçu d’interprétation satisfaisante.
Asterias pentasteriacites 2009Asterias pentasteriacites (2.32 Mo)

Radulas et traces de broutage des patelles
G. BRETON 1993- Radulas et traces de broutage des patelles. Bull. trim. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 80, 1 et 2, p. 9-11, pl. 1.
Broutage patelles2 yport cl rfournier 310509
Résumé : examen, y compris au microscope électronique à balayage, des traces de broutage des patelles Patella vulgata, et de leurs radulas.
Broutage patelles0001Broutage patelles (1.09 Mo)

Caprella mutica dans le port du Havre
G. BRETON  2005 - L’amphipode Caprella mutica Schurin, 1935, espèce introduite et invasive, abonde dans les bassins à flot du port du Havre (Manche orientale, France). Bull. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 91, 2, 2004 (2005), p.77.
Caprella mutica male barre 051012
Résumé : L’amphipode Caprella mutica Schurin, 1935, espèce introduite et invasive, abonde dans les bassins à flot du port du Havre depuis 2004.
Caprella mutica 2006Caprella mutica (790.97 Ko)

Caulacanthus ustulatus, la petite algue rouge qui monte, qui monte…
M. LE DUFF, G BRETON. & E. AR GALL. 2008a – Caulacanthus ustulatus, la petite algue rouge qui monte, qui monte… Penn ar bed, 202, 18/02/2008 : 14 – 20.
L caulaconthus ustulatus bino
Résumé : Introduction dans les bassins du port du Havre de l’algue rouge Caulacanthus ustulatus (Mertens) Küntzing. Son expansion sur les côtes sud de la Bretagne, en Manche occidentale et orientale et en mer du Nord. Relations avec les populations indigènes atlantiques.
Note : Depuis la publication de 2008, il a été démontré que l’espèce introduite et en expansion sur les côtes bretonnes et dans les ports du Havre et d’Antifer est une espèce jumelle, Caulacanthus okamurae Yamada, 1933.
Caulacanthus ustulatus 1Caulacanthus ustulatus (6.8 Mo)

Caulibugula zanzibarensis
J.-L. D’HONDT & G. BRETON   2005 - Une nouvelle introduction dans le bassin d’Arcachon : le bryozoaire cheilostome intertropical Caulibugula zanzibarensis Waters, 1913. Bull. Soc. géol. Normandie Amis Muséum du Havre, 92, 1, p. 19 – 22
Caulibugula 1 2               Caulibugula 1 3
Résumé : Découverte dans la Bassin d’Arcachon, par 11 m de profondeur, d’un Bryozoaire Cheilostome intertropical, Caulibugula zanzibarensis Waters, 1913, espèce notamment caraïbe et indo-pacifique encore inconnue de la faune européenne, et probablement introduite.
Caulibugula zanzibarensisCaulibugula zanzibarensis (118.21 Ko)

Le cœur, l’étymologie et les oursins fossiles
G. BRETON, F. HUET & D.VIZCAÏNO  2006 – Le cœur, l’étymologie et les oursins fossiles. Bull. Soc. géol. Normandie Amis Muséum du Havre, 92, 2, 2005(2006), p. 37 – 38.
Micraster habert
Résumé : variations étymologiques autour des noms d’oursins fossiles.
Cœur, étymologie, oursins fossilesCœur, étymologie, oursins fossiles (299.14 Ko)

Crépidules brouteuses
BRETON G. & HURIEZ L. 2010h – Les crépidules Crepidula fornicata (Linnaeus, 1758) peuvent temporairement redevenir brouteuses à l’âge adulte. Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, Caen, 120 : p. 98-104, fig. coul. 1-8.
L radula crepidula cint 150407
Résumé : L’observation en plongée, dans le même plan d’eau du port du Havre (Manche orientale) 1) de crépidules classiquement associées en chaînes et suspensivores et 2) de crépidules généralement isolées au centre de zones dénudées interprétées comme des  territoires de broutage, sur un substrat vertical, nous a conduits à montrer qu’en cas de ressources trophiques insuffisantes, les crépidules adultes étaient capables de se remettre à brouter.
Breton g huriez l les crepidules crepidula fornicata peuventCrepidules brouteuses (4.01 Mo)
Crepidules brouteuses 2 2010 numer gb 1Crepidules brouteuses 2 (3.96 Mo)

Sar commun atlantique Diplodus sargus cadenati 
Breton G. 2016 Observation du Sar commun atlantique Diplodus sargus cadenati de la Paz, Bauchot & Daget, 1974 dans le port du Havre (Manche orientale). Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, Caen. 121 : 46-47.
Sar commun atlantique barre 141011
Résumé : Présence, depuis 2011, du Sparidae Diplodus sargus cadenati de la Paz, Bauchot & Daget, 1974 dans un bassin classé en zone III du domaine paralique du port du Havre. Extension à la Manche orientale de l’aire de répartition de la sous-espèce.
Diplodus sargus 2016 pdfDiplodus sargus 2016 pdf (921.64 Ko)

Un curieux phénomène d'écume tenace
G. BRETON & G. BIGNOT 1995 - Un curieux phénomène d'écume tenace sur le littoral normand. Bull. trim. Soc. Géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 81, 3-4, p. 11-14, fig. 1-4.
Ecumetenace breton 112006 3
Résumé : La formation d’une nappe d’écume tenace sur le littoral du Calvados en octobre 1993 peut s’expliquer par l’enrichissement en protides de l’eau de mer à la fin d’une « marée rouge », développement planctonique. L’un des organismes responsables d’un tel phénomène est le cilié autotrophe Mesodinium rbrum (Lohmann).
Ecumetenace breton 112006Ecume tenace (1.93 Mo)

Endofaune du port du Havre
G. BRETON, T VINCENT, A. PAINBLANC & A. DUCHEMIN   2005 h  -L’endofaune des bassins du port du Havre (Manche Orientale). Bull. Soc. géol. Normandie Amis Muséum du Havre, 92, 1, p. 5 – 18
Mya arenaria siphons mosellew 040508 port havre
Résumé : L’endobenthos des bassins de marée du port du Havre (Manche orientale) est distinct de celui des bassins à flot et à niveau constant. Depuis 1979, il semble s’être enrichi et diversifié. L’application des indices biotiques définis par l’équipe de Glémarec montre pour les bassins de marée une communauté macrozoobenthique de milieu normal à pollué. Un milieu non ou très peu pollué à communauté déséquilibrée caractérise les bassins à flot anciens. Les résultats, pour les bassins à niveau constant de l’arrière-port oscillent entre “ communauté déséquilibrée ” et “ milieu fortement pollué ”. La biocénose des sédiments fins organiques du port du Havre est un faciès à Corbula gibba de la communauté à Abra alba - Pectinaria (Lagis) koreni.
Endofaune port du havre 1Endofaune port du havre (405.55 Ko)

Espèces invasives ports du Havre, d'Antifer et de Rouen
Breton G. 2014 – Espèces introduites ou invasives des ports du Havre, d’Antifer et de Rouen (Normandie, France). Hydroécologie appliquée, 18, DOI: 10.1051/hydro/2014003 : 23-65.
L ficopomatus enigmaticus bfluvial 270808                L orconectes limosus rouen st gervais 230912
Résumé : L’exploration des bassins des ports du Havre, d’Antifer et de Rouen (Normandie, France) en plongée subaquatique en scaphandre autonome, en particulier dans le cadre du programme de recherches « V.I.P. – Vie Introduite dans les Ports » du GIP Seine Aval (2010-2012) a conduit à un inventaire de 364 espèces animales, dont 36 introduites pour le port du Havre, exploré depuis 1978, 268 espèces dont 13 introduites pour le port d’Antifer et 98 espèces végétales et animales dont 12 introduites, pour le port de Rouen. Les introductions anciennes sont distinguées des introductions récentes. Le caractère invasif ou non de chaque espèce et la dynamique de l’invasion sont discutés. Contrairement aux ports d’Antifer et de Rouen dont les peuplements biologiques sont respectivement identiques à ceux du littoral ou du réseau hydrographique voisins, le port du Havre joue un rôle de site pionnier pour l’accueil d’espèces immigrantes, rôle favorisé par le caractère paralique de ce plan d’eau.
Hydro140003 webEspèces invasives, ports du Havres, d'Antifer et de Rouen (1.53 Mo)

Etoiles de mer et rocking-chair
Breton G. 2012 – Etoiles de mer et rocking-Chair. L’Écho des Falaises, Association paléontologique de Villers-sur-Mer. 16 : 67 – 69.
Figure 4 antifer 230711 001
Résumé : Observations éthologiques sur l’Etoile de mer Asterias rubens Linnaeus, 1758 : agrégations autour d’une proie ; adoption, sur fond meuble sédimentaire, d’une attitude empêchant le retournement par la houle.
Etoiles de mer et rocking chair reduitEtoiles de mer et rocking chair (302.54 Ko)

Eudistoma santamariae Breton & Monniot 2007
G. BRETON & F. MONNIOT, 2007 e – Una nueva especie del género Eudistoma (Ascidiacea, Polycitoridae) de Cabo Verde. Avicennia, 19 : p. 57 – 62.
L eudistoma131 19gr220404
Résumé. De nombreuses colonies d’Eudistoma santamariae, espèce nouvelle, ont été recueillies durant quelques années de l’Ile de Sal. Leur aspect, lorsqu’elles sont vivantes, est particulier, avec des lobes nus, violacés, érigés au-dessus d’une nappe de stolons agglutinant le sable et formant un réseau. La larve de cette ascidie a une pigmentation distinctive. Cette nouvelle espèce est comparée avec d’autres Eudistoma de milieu sableux de la côte d’Afrique de l’Ouest.
Breton moniot eudistoma avicenniaEudistoma santamariae, Breton & Monniot 2007 (208.31 Ko)

Havrella
G. BRETON & P. SAULOT 1986 - Havrella, genre nouveau d'Oscillaires décolorées : premières observations sur l'écologie, la cytologie et la systématique. Cryptogamie Algologie, 7, 4, p. 287-289, 1 tabl., pl. 1-2.
886 havrella mirab formeiii 190113 edmf 100x cifn zs
Résumé : Les auteurs décrivent un genre nouveau de Cyanophycées, Havrella, proposé pour des espèces apochlorotiques précédemment rangées parmi les Bactériophycées sous le nom générique de Beggiatoa, qui sont animées de mouvements analogues à ceux des oscillaires et dont les cellules contiennent une grande vacuole centrale. Ils donnent les résultats de leurs premières observations sur la cytologie, l’écologie et la systématique de ces organismes.
Havrella 1987Havrella, 1987 (1.22 Mo)

Hemigrapsus penicillatus
T. VINCENT & G. BRETON 1999, b. - Présence du crabe Hemigrapsus penicillatus (de Haan, 1835) dans les bassins du port du Havre (Normandie, France). Bull. trim. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 86, 1, p. 19-23.
Hemigr takanoi citad 140603
Résumé : Le crabe Grapsidé Hemigrapsus penicullatus constitue (octobre 1997-janvier 1998) des populations jeunes dans le port du Havre (Normandie, France). Il pourrait s’agir d’une implantation distincte de celle du golfe de Gascogne. [Des études moléculaires ont montré que le crabe qui s’était implanté en Manche, et plus généralement en Europe, dans la décennie 1990, appartient à une espèce jumelle mais distincte, Hemigrapsus takanoi]
Hemigrapsus penicill vincent breton 19990002Hemigrapsus penicillatus (2.74 Mo)

Hemigrapsus sanguineus
G. BRETON, M. FAASSE, P. NOEL & T. VINCENT  2002 - A new alien crab in Europe : Hemigrapsus sanguineus ( Decapoda : Brachyura : Grapsidae ). J .Crust. Biol., 22,1: 184 – 189.
L hemigrapsus sanguineus forme vii 050909
Résumé : Le crabe asiatique Hemigrapsus sanguineus est signalé pour la première fois dans deux localités européennes, Le Havre en France et l’Oosterschelde aux Pays-Bas. Tandis que des populations reproductrices se trouvent au Havre, seulement deux spécimens mâles ont été recueillis aux Pays-Bas. Dans les deux sites, cette espèce introduite est mélangée avec le crabe enragé commun Carcinus maenas.
Hemigrapsus breton 112006Hemigrapsus sanguineus 2002 (477.85 Ko)

Hydroides ezoensis
G. BRETON & T. VINCENT 1999, e. - Invasion du port du Havre (France, Manche) par Hydroides ezoensis (Polychaeta, Serpulidae), espèce d'origine japonaise. Bull. trim. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 86, 2, p. 33-43.
L hydro ezo vauban daniel ingr 180409 signe
Résumé : Le polychète Serpulidae Hydroides ezoensis Okuda, 1934, d’origine japonaise, s’est implanté dans les bassins à flot du port du Havre probablement en 1996, et, en 1997, a colonisé les quais de manière rapide. Le transport par des coques de navires à partir d’une population établie depuis une quinzaine d’années dans le port de Southampton (Grande-Bretagne) est l’explication la plus probable de cette invasion : une étude morphologique de ces spécimens montre qu’il y a peu de différences avec les spécimens-type et avec ceux de Southampton. [L’espèce s’est avérée invasive et depuis son implantation, a quasiment supplanté les Hydroides spp. indigènes ou acclimatés, à une exception près, revue en 2014].
Hydroides 1999002Hydroides ezoensis (1.33 Mo)

Le Cténophore invasif Mnemiopsis leidyi
Breton G. 2016 Le Cténophore invasif Mnemiopsis leidyi A. Agassiz est dans le port du Havre (Manche orientale) depuis septembre 2005. Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, Caen. 121 : 48-54.
L mnemiopsis leidyi vauban e 250905 aquarium 150
Résumé : Le suivi de l’évolution des populations biologiques du port du Havre (Manche Orientale) en plongée subaquatique par les plongeurs de l’association « Port Vivant », a permis de détecter, en septembre 2005, l’introduction d’un Cténophore. D’abord confondu avec Bolinopsis infundibulum (O.F. Müller), ce Cténophore, qui s’est rapidement avéré invasif, a été identifié grâce aux photos archivées comme Mnemiopsis leidyi A. Agassiz. Sa présence, dès 2005, dans le port du Havre, amènera à reconsidérer l’historique de l’expansion de ce Cténophore en mer du Nord et en Manche.
Mnemiopsis 2016Mnemiopsis 2016 (3.68 Mo)

Oceanapia isodyctiiformis 2004
J. VACELET & G. BRETON  2004 – Première observation en Manche de Oceanapia isodictyiformis (Carter, 1882) (Porifera, Haplosclerida) dans les bassins du port du Havre. Bull. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 90, 2, 2003 (2004), p.73 – 74.
Oceanapia 2004 2 copie
Résumé : L’éponge Oceanapia isodictyiformis, extrêmement rare, est observée dans le port du Havre en 2002. C’est la première observation en Manche de cette espèce.
Oceanapia 2005Oceanapia isodictyiformis (1.68 Mo)

Plongée subaquatique et biodiversité des ports (deux publications)
G. BRETON & T. VINCENT 2001  – La plongée subaquatique permet-elle d’évaluer de manière fiable la biodiversité de l’épibenthos dans un port ? Annales du Muséum du Havre, 67, juil. 2001, p. 21 – 24.
G. BRETON & T. VINCENT 2002 – La plongée subaquatique permet-elle d’évaluer de manière fiable la biodiversité de l’épibenthos dans un port ? Bull. Soc. zool. Fr., 127, 2 : 83 - 94.
L psammechinus miliaris barre 140608
Résumé : La cohérence des résultats obtenus dans une étude visant à connaître l’évolution de la biodiversité sur les substrats solides à l’exutoire de l’eau de refroidissement d’une centrale thermique traitée avec un antifouling, puis en s’en éloignant, valide la méthode d’appréciation de la biodiversité en plongée en scaphandre autonome.
Breton vincent 2001 plongee biodiversite001Plongees subaquatiques et biodiversite des ports 1 (1.95 Mo)
Breton vincent bszf 2002001Plongées subaquatiques et biodiversité des ports 2 (500.36 Ko)

Port Paralique 2005
G. BRETON  2005 - Le port du Havre (Manche Orientale, France) et ses peuplements : un exemple de domaine paralique en climat tempéré. Bulletin de la Société Zoologique de France, 130, 4, p.382 – 423.
L gobiusculus flavescens formeiii 280312 rs gb
Résumé : La faune épibenthique des bassins de marée, des bassins à flot anciens et des bassins à niveau constant du port du Havre (Manche orientale, France) est dominée par les suspensivores actifs (spongiaires, ascidies, bivalves). On y enregistre le développement d’espèces invasives et l’immigration d’espèces allochtones. Les fluctuations de populations dans le temps peuvent être importantes. La récupération après les épisodes dystrophiques sévères, comparables aux malaïgues des lagunes méditerranéennes, fait intervenir d’abord des espèces colonisatrices opportunistes ; la récupération est faite en moins d’un an. Les caractères des peuplements sont ceux du domaine paralique (Guélorget & Perthuisot, 1983). Une zonation du port du Havre est proposée dans laquelle l’endobenthos peut se trouver « en avance » d’une zone vers le paralique lointain sur l’épibenthos (zonation verticale). Le fonctionnement des lignes d’écluses, en introduisant des discontinuités hydrodynamiques dans le degré de confinement, tend à renforcer la zonation.
Breton girard lagardere 1996 2Port paralique 2005 (1.92 Mo)

Stratégies de protection du crabe Inachus phalangium
G. BRETON, A. SYGUT & R. OMS   2004, f – Approche expérimentale des stratégies de protection du crabe Inachus phalangium (Fabricius, 1775). Bull. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 90, 2, 2003 (2004), p.61 – 69.
L inachus positionm formevii 191106
Résumé : Inachus phalangium est étudié expérimentalement du point de vue de ses stratégies de protection : automimèse de son exuvie ; contact avec une anémone de mer rendant le crabe inappétissant pour un prédateur éventuel (mimétisme chimique). Une vêture de spongiaires peut jouer le même rôle.
Inachus breton 112006Stratégie de protection d'Inachus phalangium (5.46 Mo)

Terriers, phosphates et petites crottes
BRETON G. 2011 – Le Gault du Perthois : terriers, phosphates et petites crottes. Bulletin de l’Association Géologique Auboise. 31 : 3-66.
Publication de paléontologie, avec illustrations d’exemples actuels, en prises de vues sous-marines.
Image2               Image7
Résumé : Les Argiles tégulines de Courcelles, entre Vitry-le-François et Bar-le-Duc, sont exploitées dans deux carrières à Pargny-sur-Saulx (Marne) et Contrisson (Meuse) pour la fabrication de tuiles. A côté d’assez abondants corps fossiles (principalement Mollusques, parmi lesquels les Ammonites permettent une datation fine, et Crustacés), l’ichnologie de ces faciès argileux (« Gault ») est riche et comprend une assez grande variété de terriers et de microcoprolithes. Ces traces fossiles ne sont généralement repérables et étudiables que lorsque la diagénèse, en particulier ici la phosphatisation, les met en évidence. Plusieurs ichnotaxons nouveaux sont décrits : Tibikoia faecacerva isp. nov., Tomaculopsis tomaculopsis igen. nov., isp. nov., Thoronetia tetrope isp. nov., Octotriangulella caseolus isp. nov., Triplifaex parallela igen. nov., isp. nov., et Podichnus donovani isp. nov. La taphocénose des corps fossiles donne un aperçu sur la paléobiodiversité du Gault du Perthois ; la variété des témoins de l’activité biologique : traces fossiles, terriers, coprolithes et gastrolithe donne un aperçu différent et permet de compléter cet inventaire de la paléobiodiversité.
Gault2Terriers, phosphates et petites crottes (1.53 Mo)

Tricellaria inopinata 2005
G. BRETON & J.-L. d’HONDT  2005 – Tricellaria inopinata d’Hondt et Occhipinti Ambrogi, 1985 (Bryozoa : Cheilostomatida) dans le port du Havre (Manche Orientale). Bull. Soc. géol. Normandie et Amis Muséum du Havre, 91, 2, 2004 (2005), p. 67 – 72.
Tricell inopinata fluvial gb 250911
Résumé. Reconnu pour la première fois à Venise en 1982, le Bryozoaire Cheilostome Tricellaria inopinata d’Hondt et Occhipinti Ambrogi, 1985 a, entre 1996 et 2001 envahi la façade atlantique de l’Europe et la mer du Nord. Cette espèce n’avait pas encore été signalée sur les côtes françaises de la Manche et de la mer du Nord : elle est aujourd’hui présente - et repérée depuis janvier 2003 - dans plusieurs plans d’eau du port du Havre.
Tricellaria 2006Tricellaria inopinata 2006 (3.36 Mo)